15 Décembre 2017

autres livres

couverture Criminelles  


"CRIMINELLES" ou "L'affaire MATISSE"

Le tableau de Paul Vence, acquis pour une bouchée de pain dans une salle des ventes
par un promoteur immobilier au bord de la faillite, est-il authentique ou l’œuvre d’un faussaire ?

Cette découverte fabuleuse a-t-elle un lien quelconque avec les crimes et délits survenus concomitamment dans la banlieue tourangelle ?

Crime organisé ou folie furieuse ?

Le commissaire Tudor a bien du mal à comprendre les sordides motivations des protagonistes dont les apparences sociales sont irréprochables.

Ce roman policier, dont les chapitres sont conçus comme autant de short stories consacrées à chacun des personnages, montre que des êtres matérialistes, cyniques ou pervers, peuvent être, sans en avoir l’air, capables du pire. 

“Ma conviction, confie le commissaire Tudor chargé de l’enquête, c’est que la haine d’autrui engendre la folie criminelle et non l’inverse. On aurait tort de croire que les psychopathes sont irresponsables. Ils ne tuent pas parce qu’ils sont fous, ils tuent parce qu’ils détestent les autres. C’est l’absence d’empathie et l’amour exclusif d’eux-mêmes qui les hissent à l’égal de Dieu pour exercer le Jugement Dernier.”


couverture Le Poulpe  


"UN PETIT LAPSUS TRES SUSPECT" POULPE N° 228 (La Baleine - Le Seuil)

Quand une biologiste et un patron de laboratoire pharmaceutique concoctent clandestinement un traitement rajeunissant à base d’hormones et de morphine et mouillent un producteur de télé pour en assurer la promo, ils comptent bien ramasser
un pactole… même si quelques clientes ont le mauvais goût d’en trépasser !

Mais lorsque l’animatrice de la télé, amie d’enfance de Cheryl, découvre le pot aux roses, la machine s’enraye…

Une semaine d’investigation échevelée, jonchée de cadavres, menée tambour battant par une Cheryl en grande forme, qui fera des rencontres étonnantes, mettra la main sur un magot, échappera à d’horribles traquenards pendant que son Poulpe, lancé à sa recherche, connaîtra une des plus périlleuses de ses enquêtes, avant de la retrouver enfin, au Pied de Porc, dans un sirtaki endiablé…

 

couverture d'Un jour en été
 

"UN JOUR EN ETE"

Deux courts romans réunis dans ce livre racontent le moment où le destin bascule.

Un jour en été évoque un petit village de montagne sur le point d’être submergé par un lac artificiel. Un mosaïste doit représenter la petite communauté dans une œuvre du souvenir. Il épie de jeunes personnages insouciants (Nina, Julia, Pablo et Jamel) le jour de la fête du village et s’inspire de leur bonheur en sursis.

Le retour est celui de Steph, le fils tant aimé de Reine, après une cavale de sept ans. Toutes les péripéties du drame et ses terribles conséquences se révèlent peu à peu. C’est une fois la lumière faite sur la tragédie que tous les protagonistes dévastés peuvent enfin commencer à vivre ‒ et à aimer.

 

couverture d'Amourante Bulle


 

« AMOURANTE BULLE »

Amourante Bulle raconte un tendre, un magnifique, un merveilleux amour.

Entre cocasseries poétiques et pépites surréalistes,
ce conte célèbre aussi l’amitié et la jeunesse éternelle.

Offrez Amourante Bulle à l’amour de votre vie !

 

" LES PAVES DE L'ENFER "
(en ebook seulement)

L’Enfer est, comme chacun sait, pavé de bonnes intentions, sauf sous la plume de Claudine Chollet ! Cinq petites nouvelles noires, pétillantes et sans prétention, par l’auteur(e) de la série culte des « Polycarpe » qui s’amuse ici à épingler un échantillon d’humains lamentables et veules, aussi nuls dans la vengeance que dans leurs stupides existences, ce qui paradoxalement nous réjouit !
 

" CE MONDE CHARMANT "
(en ebook seulement)

Dans ce recueil de nouvelles, l’auteur épingle la crédulité, la méchanceté, l’arrogance, la cupidité ou la perfidie des humains, pris sur le vif, à un moment précis de leur existence. Il met en évidence l’imbécilité heureuse qui, sans le moindre scrupule, et à tous âges, écrabouille les âmes sensibles.
Mais l’ironie du titre dévoile l’optimisme qui se dégage de ces nouvelles : et si les âmes sensibles puisaient dans le mépris et la maltraitance la force de se rebeller contre la bêtise dominante ?